12 juin 2014 Concerts / Théâtre musical

Un Temps bis

Deux femmes, une comédienne et une altiste, révèlent à notre écoute de façon inédite la musicalité des mots de Beckett en résonance avec trois pièces pour alto.

Un moment composé par Georges Aperghis
Textes de Samuel Beckett

Au Théâtre de Gennevilliers
Du 12 au 15 juin 2014

Avec Valérie Dréville, Geneviève Strosser

Musicalité et féminité
Entre concert et théâtre, ni spectacle ni lecture, ce Temps bis est avant tout un moment dégagé pour deux artistes. Deux femmes ayant chacune leur outil de travail, l’une un alto, l’autre un livre. Chacune explorant à sa manière et dans la solitude son champ artistique. Puis se confrontant entre notes et mots. Enfin se rejoignant et échangeant les rôles, dans un va-et-vient entre voix et instrument, immobilité et mouvement des corps, musique et silence. Le démiurge Aperghis ménage ici un temps d’expression musicale, une ode à la nature féminine.

Savante combinatoire de fragments
Extraits de Bing, Mirlitonnades, Pour finir encore et Immobile, ces textes de Beckett n’avaient pas pour vocation première d’être portés au théâtre, encore moins de rencontrer les trois œuvres pour alto que sont Uhrwerk de Georges Aperghis (création), Ali de Franco Donatoni et Toccatina de Helmut Lachenmann.
La façon dont est combinée la sonorité des mots avec ces trois compositions pour alto dévoile avec délicatesse des passages possibles entre la langue si particulière de Beckett, qui traite ici de la nature féminine, et la musique.

Le spectacle est merveilleusement mis en lumières par Daniel Levy, révélant des fragments de corps : un bras, un morceau de visage, un coude, des ombres chinoises… Les jeux de miroirs dédoublent les deux protagonistes, les transformant en simples échos d’elles-même, donnant à voir et à entendre un univers composé de conversations, de questions-réponses, de moments oscillant entre tristesse et gaîté, comme si ces deux personnages cherchaient à s’exprimer et à se consoler tour-à-tour.

Valérie Dréville, Georges Aperghis et Geneviève Strosser © Xavier Lambours pour T&M Paris

Valérie Dréville, Georges Aperghis et Geneviève Strosser © Xavier Lambours pour T&M Paris

 

© 2018 Caro dans le métro - Création : SendesaStudio