3 juin 2014 Films

Tristesse Club

Le scénario minimal, l’humour décalé et la mélancolie ambiante de ce premier long-métrage de Vincent Mariette surprennent et nous font d’abord entrer à reculons dans un road-trip familial mystérieux et peu ordinaire, tandis que l’irrésistible Vincent Macaigne continue inlassablement de s’illustrer dans les aventures moroses et farfelues de trentenaires un brin perdus. 

Un film de Vincent Mariette
Sortie en salles en France le 4 juin 2014

Avec Ludivine Sagnier, Laurent Lafitte, Vincent Macaigne

Deux frères, éloignés par la vie et les différences de caractère, se retrouvent pour l’enterrement de leur père disparu. Ils font la connaissance de Chloé, qui prétend être leur sœur. De fil en aiguille, Chloé avoue en fait s’appeler Marie et n’être qu’une ancienne maîtresse de leur père, qui ne serait pas mort, mais seulement disparu.

Entre mensonges et révélations, voilà nos deux compères embarqués dans une virée inattendue, en quête d’une vérité familiale qui les aidera à en découdre avec leurs enfances, blocages et démons personnels. Derrière l’humour et les facéties, Vincent Mariette glisse un propos plus grave et touchant sur les aléas de la filiation, les fardeaux que l’on traîne avec soi et les familles que l’on tente de réinventer.

Laurent Lafitte, en ex-champion de tennis bourru, Vincent Macaigne, dans son traditionnel rôle d’amoureux transi mal dans ses baskets, et Ludivine Sagnier, sorte  de fée clochette ou icône féminine mystérieuse incarnant tous les rôles – de la sœur à l’amante, en passant par la mère et la femme fatale – excellent dans le registre doux-amer.

L’ambition louable et salutaire du réalisateur à défricher des territoires quasi vierges sur le continent miné de la comédie française, appelle à l’évidence à garder un œil sur l’individu.

Entre buddy movie, comédie romantique et thriller, on se laisse prendre par le rythme languissant et l’atmosphère mélancolique de ce film inclassable, qui aborde des sujets douloureux sans jamais verser dans le pathos grâce à une dose d’absurdité administrée avec subtilité.

© 2018 Caro dans le métro - Création : SendesaStudio