16 avril 2015 Pièces de théâtre

Sœurs

Deux femmes au mitan de leurs vies échouent dans une chambre d’hôtel. Deux histoires de solitude et d’exil, deux femmes trop vite grandies aux dépens de leurs rêves. Leurs voies et voix se rejoignent, incarnées par une seule comédienne, grâce à un habile dispositif scénique. Entre humour, gravité et poésie, l’auteur libano-québécois Wajdi Mouawad pose la question de l’identité et du positionnement vis-à-vis de ses origines. Le ton virulent de ses précédents écrits s’adoucit pour faire place à la confidence et au théâtre de l’intime.

Texte et mise en scène de Wajdi Mouawad

Au Théâtre national de Chaillot, Paris
Du 9 au 18 avril 2015

Avec Annick Bergeron

Sœurs de Wajdi Mouawad © Pascal Gely

Sœurs de Wajdi Mouawad © Pascal Gely

La famille est au cœur de la tragédie grecque. Elle est aussi le centre remuant du théâtre de Wajdi Mouawad, de cette œuvre écartelée entre le Liban des origines et le Canada où ses parents émigrèrent quand il était encore adolescent.

Il y a quelques années, en mettant en scène Seuls, spectacle conçu pour un seul acteur et interprété par lui-même, Wajdi Mouawad rompait, en apparence, avec le cycle familial de ses pièces précédentes. Comme l’indique le titre, le jeu se déroule désormais « seul ». L’enjeu relève alors d’un positionnement différent face à une histoire personnelle qui, par le biais de la fiction, irrigue son théâtre depuis le début. Cette nouvelle démarche se prolonge aujourd’hui avec Sœurs, dernière création du dramaturge interprétée par la comédienne Annick Bergeron. De fait, à propos de ces deux pièces, Wajdi Mouawad parle d’un « cycle domestique ». Seuls, symbole du fils, ouvre la voie à Sœurs, en attendant de futures créations issues de la même veine.

On notera que ces spectacles en solo portent des titres au pluriel. Façon de signaler leur universalité, mais aussi leur polyphonie d’écritures, tel un puzzle associant montage sonore, images, objets divers… Comme une figure mystérieuse que l’on reconstituerait avec des matériaux éparpillés dont le premier élément serait, dans le cas de Sœurs, la rencontre dans une chambre d’hôtel entre une jeune femme et un agent d’assurances…
Hugues le Tanneur

© 2018 Caro dans le métro - Création : SendesaStudio