15 septembre 2020 Autobiographie

À la rencontre de Lili Barbery et du yoga kundalini

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une femme fantastique. Une femme qui a fait beaucoup pour aider des milliers de personnes à traverser la période de confinement dès le mois de mars 2020. Une femme généreuse, qui a partagé son savoir chaque jour, en proposant une méditation à 18h en direct sur son compte Instagram, sur une durée de 41 jours, et qui continue de prodiguer ses conseils aujourd’hui.

Lili Barbery-Coulon © Hachette Livre (Marabout), 2019

Je dois aussi vous faire un aveu. L’an dernier, j’étais complètement passée à côté de cette femme fantastique. À cause de mes préjugés. J’avais remarqué la sortie de son livre La Réconciliation – De la haine du corps à l’amour de soi à l’automne 2019 : quadragénaire parisienne, journaliste et influenceuse à succès, menant en apparence une vie de rêve, elle y raconte la lutte douloureuse et secrète qu’elle a menée contre son corps pendant des années, avant de vivre un parcours d’étapes et de rencontres qui a profondément transformé son mode de vie, notamment grâce au yoga.

À la vue de cette parution à l’époque, la seule pensée qui me vint à l’esprit fut une critique : « Encore une autobiographie sur les problèmes d’une bobo parisienne qui va raconter à d’autres bobos parisiennes comment se sentir mieux dans sa peau en exécutant trois salutations au soleil et en mangeant bio. »

Il est vrai que les sujets de l’alimentation et du rapport au corps m’inspirent plus de tristesse que de curiosité, pour connaître des personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire. Et puis, ce livre se présentait comme le miroir de moi-même : je cherchais aussi à me sentir mieux dans ma peau, comme beaucoup d’autres. Sans réel problème en particulier, je tendais néanmoins à faire attention à ce que je mangeais depuis toujours. Ma pratique du yoga depuis quelques années me faisait beaucoup de bien par ailleurs. Je n’avais donc pas besoin, pensai-je alors assez vaniteusement, d’autres conseils ou pistes de méthodologie, je réussissais très bien toute seule. Et hop, j’avais écarté le livre de Lili Barbery du radar de mes convoitises de lectures.

Puis, en ce mois de mars 2020, alors que le confinement nous contraignait à rester sédentaires dans des espaces de vie limités, je réfléchissais à mettre en place une routine quotidienne de yoga pour me dérouiller et me détendre. Une amie me conseilla de suivre le compte Instagram de Lili Barbery, qui proposait une méditation en libre accès chaque jour à 18h. Un peu sceptique de prime abord, je découvris avec surprise que l’auteure était aussi professeure de yoga kundalini. Son expérience et son état d’esprit étaient mille fois plus profonds et riches que je ne l’avais pensé. Lors de ses séances en live sur Instagram, elle dégageait une grande bienveillance et faisait tout pour rendre la pratique accessible à tous ; elle menait les exercices de respiration et de mouvements et lançait les mantras et les musiques avec pédagogie, simplicité et humour.

Je ne suis pas assez à l’aise pour entrer içi dans le détail de la pratique, mais je témoigne des effets grandement bénéfiques que les séances de Lili m’ont procurés, lors d’une période difficile à traverser. Je terminai la première méditation animée d’une énergie joyeuse et d’une sérénité intérieure qui émanaient de tout mon être. Enthousiaste et curieuse d’en découvrir davantage, je retentai l’expérience le lendemain, et très rapidement, il me fut difficile de manquer ses rendez-vous quotidiens. Un monde s’ouvrait à moi.

Au fur et à mesure des séances, je découvrais l’univers du kundalini yoga : la pratique, la philosophie qui s’en dégageait et la communauté qui l’animait. L’envie me vint d’en savoir plus sur le parcours personnel de Lili Barbery. En mai dernier, j’achetai son livre et me plongeai dans son histoire.

La sincérité de sa démarche et son refus de se positionner en donneuse de leçon me plurent tout de suite.

Ce livre n’est pas une méthode pour transformer sa vie. Encore moins une liste de règles à suivre rigoureusement. Il ne s’agit que d’un aveu de vulnérabilité. Un chemin de réconciliations, de l’asphyxie à l’ouverture du cœur. Un récit de mille et un jours nés au moment où j’ai commencé à exprimer une fragilité.

Outre son style fluide, la force de l’écriture de Lili réside dans la structure du récit : l’alternance d’épisodes autobiographiques avec les entretiens de personnes-clés, dont les témoignages et professions résonnent avec les étapes de sa propre vie :

  • Zeva Bellel, coach : Comment appliquer la méthode Marie Kondo pour trier ses pensées ?
  • Monika Miravet, psychologue clinicienne EMDR : Qu’est-ce qu’un trouble du comportement alimentaire ?
  • Emily Weiss, fondatrice de Into the Gloss et des cosmétiques Glossier : Comment vaincre sa peur de changer de carrière ?
  • Olivier Roellinger, chef étoilé : Comment la nature peut enseigner la guérison ?
  • Cindy Montier, naturopathe, fondatrice de Curcuma Box et Bouge ton curcuma : Comment la maladie peut apporter la guérison ?
  • Olivia Vindry, coach Weight Watchers et thérapeute : Comment retrouver l’équilibre dans l’assiette ?
  • Caroline Benezet, professeure de kundalini yoga : Comment fonctionne le kundalini yoga ?
  • Sophie Keller, astrologue : Qu’est-ce que l’ère du Verseau ?
  • Jennifer Hart-Smith, chef pâtissière et naturopathe : Comment honorer la beauté à table ?
  • Odile Chabrillac, psychothérapeute, naturopathe et journaliste : Comment déceler les synchronicités ?
  • Simrit Kaur, chanteuse de mantras : Pourquoi chanter des mantras ?
  • Lili Barbery elle-même : Comment instaurer une pratique quotidienne du yoga kundalini ?
  • Nathalie Desanti, journaliste et coach formée en PNL : Pourquoi ralentir ?
  • Laetitia Debausse, entrepreneuse écoresponsable : Pourquoi prendre soin de soi conduit-il au respect de la terre ?
  • Joëlle Ciocco, cosmétologue et créatrice de produits cosmétiques : Comment réussir à aimer sa peau ?
  • Catherine Guillot, professeure de yoga : Comment sortir du jugement de soi et des autres ?
  • Camille Sfez, psychologue clinicienne : Comment se réconcilier avec sa puissance intérieure ?

De chapitre en chapitre, on suit donc Lili pas à pas dans ses expériences, ses rencontres, ses réflexions, ses trébuchements, ses avancées.

Elle commence par le récit de sa perte, son égarement, sa vie en mille morceaux, et sa quête d’identité ; brisée, comme les morceaux d’un puzzle, elle tente de se recomposer, de se reconstruire, de se comprendre, de se réaligner. C’est ce qui nous la rend humaine et attachante : Lili se met à nu, nous confie sa fragilité, assume sa vulnérabilité, avoue ses pensées limitantes. Elle avance sur son chemin de guérison ; une quête fascinante, car elle réussit. Lili, c’est le miroir idéal de notre vie.

Son parcours, autant que les entretiens des personnes citées plus hauts, sont hautement inspirants. Ce livre est une mine d’or de témoignages de reconquête de soi. Dix-sept acteurs de leur propre transformation racontent leurs accidents de vie, leurs parcours chaotiques, leurs réorientations, leurs révélations. Émanent de la somme de ces métamorphoses un formidable élan d’espoir, une puissante incitation à chercher sa propre vérité. Ainsi que le bénéfice salvateur des médecines douces, naturelles, holistiques ; d’une alimentation saine et naturelle ; de la connexion à la nature et à l’univers, du respect de notre environnement ; de l’écoute de son corps autant que de ses pensées ; d’apprendre à se connaître, à se (re)connecter à soi ; de cultiver sa spiritualité ; de développer son intuition et d’avoir confiance en elle ; de mettre en place des ressources et des rituels à ces fins ; de prendre soin de sa communication et de sa relation aux autres ; de développer les valeurs de bienveillance, de tolérance, de solidarité et de sororité.

Le dernier paragraphe du dernier entretien a particulièrement résonné en moi. C’est une fin symbolique, une métaphore de la réconciliation au féminin. Une référence aux moon lodges, ces tentes où se retrouvaient les Amérindiennes pendant leurs règles, où elles se fermaient au monde pour mieux s’ouvrir à elles-mêmes. L’idée que les femmes pourraient arrêter toute action pour être à l’écoute de leur transformation physique, de ce temps intérieur et sacré qui les ramène à l’essence même de leur identité. Finalement, qui respecte ce temps féminin dans nos sociétés occidentales ultra-pressées et genrées, où avoir ses règles est encore souvent associé à l’image négative voire péjorative d’une femme dont l’humeur à cette période est instable et dérangeante ? Même si nous sommes en bonne voie, que la parole se libère sur ces sujets, nous avons encore fort à faire pour contrer les tabous et préjugés stigmatisants, pour assumer et vivre notre féminité à 100%.

Sans suivre à la lettre le parcours de Lili Barbery, sans le considérer comme une méthodologie, on peut en tout cas retenir plusieurs pistes afin de créer son propre chemin vers la guérison : écouter et prendre soin de son corps autant que de son esprit ; tenter plusieurs pistes de développement personnel jusqu’à trouver le bon, sans se décourager ; se mettre à la méditation et au yoga kundalini 😉 ; trouver les solutions en nous et non pas à l’extérieur ; vivre l’instant présent…

L’objectif n’étant pas d’atteindre le bonheur, mais plutôt de ressentir la joie de vivre et d’avancer. L’objectif n’étant pas d’atteindre l’objectif, mais plutôt de se concentrer sur le chemin. Et comme le conclut si bien Lili, le plus important étant d’honorer la chance d’être en vie, ici et maintenant, hic et nunc.

© 2021 Caro dans le métro - Création : Kroox, agence conseil Marketing, Creative & Digital