21 janvier 2016 Pièces de théâtre

Le dynamique « Candide » de Maëlle Poésy décoiffe !

La mise en scène énergique de « Candide » par la prometteuse Maëlle Poésy dépoussière l’image classique du texte de Voltaire et met en avant les dimensions picaresque et initiatique du conte philosophique, laissant de côté – léger bémol pour les puristes, la pensée caustique d’origine. Le travail chorégraphique et l’inventivité scénographique détournent le propos politique et proposent une quête davantage esthétique.

Candide, si c’est ça le meilleur des mondes…
D’après Candide ou l’Optimisme de Voltaire (1759)
Mise en scène de Maëlle Poésy
Écriture de Kevin Keisse

Au Théâtre de la Cité internationale, Paris
Du 7 au 24 janvier 2016

L’histoire.
Candide est un jeune garçon vivant au château du baron de Thunder-ten-tronckh qui se trouve en Westphalie. Il a pour maître Pangloss, philosophe qui enseigne la « métaphysico-théologo-cosmolonigologie », professant que l’on vit dans le meilleur des mondes possibles. Candide est chassé de ce meilleur des mondes possibles à la suite d’un baiser interdit échangé avec Cunégonde, la fille du baron. Candide découvre alors le monde, et va de déconvenue en déconvenue sur les chemins d’un long voyage initiatique.

Candide © Vincent Arbelet

Candide © Vincent Arbelet

 

© 2018 Caro dans le métro - Création : SendesaStudio