30 mai 2015 Théâtre

La Vie de Galilée

Comme pour mieux nous éclairer sur la vie de Galilée, sans fard et au plus près de la vérité, et par là même dans un certain respect de l’esprit brechtien, la mise en scène de Sivadier s’appuie sur un système simple et ingénieux de planches en bois. Les comédiens vont et viennent sur ce matériau brut, double symbole de construction et de théâtre, instrument bâtisseur d'(H)histoire(s).

Texte de Bertolt Brecht
Mise en scène de Jean-François Sivadier (2002)

Au Théâtre Le Monfort, Paris
Du 27 mai au 21 juin 2015 (reprise)

Avec Nicolas Bouchaud, Nadia Vonderheyden

Le formidable Nicolas Bouchaud dans La Vie de Galilée par Jean-François Sivadier © Dominique Brillault

Le formidable Nicolas Bouchaud dans La Vie de Galilée par Jean-François Sivadier © Dominique Brillault

Galilée
Mathématicien, géomètre, physicien et astronome italien du XVIIe siècle, il a, parmi ses réalisations techniques, inventé la lunette astronomique, perfectionnement de la découverte hollandaise d’une lunette d’approche, pour procéder à des observations rapides et précoces qui ont bouleversé les fondements de l’astronomie.
Cet homme de sciences s’est ainsi posé en défenseur de l’approche modélisatrice copernicienne de l’Univers, proposant d’adopter l’héliocentrisme et les mouvements satellitaires.
Ses observations et généralisations se sont alors heurtées aux critiques des philosophes partisans d’Aristote et de Ptolémée – qui proposaient un géocentrisme stable, une classification des corps et des êtres, un ordre immuable des éléments et une évolution réglée des substances, ainsi qu’aux théologiens jésuites de l’Église catholique romaine, soucieux alors de préserver les fondements de la transsubstantiation.

© 2021 Caro dans le métro - Création : Kroox, agence conseil Marketing, Creative & Digital