18 juillet 2015 Festivals / Théâtre

Festival d’Avignon 2015

Joyeux retour à Avignon cet été, après deux éditions d’abstinence.  Le chant accueillant des cigales, l’ambiance chaleureuse et festive dans les rues, les centaines d’affiches tombées du ciel, l’envie irrésistible d’aller voir dix spectacles à la seconde, l’excitation à son comble dans la Cour d’honneur du Palais des Papes, la curiosité de découvrir une perle dans l’intimité d’une salle plus modeste, une cour ombragée ou la fraîcheur d’une fontaine pour délasser ses pieds fatigués d’avoir battu le pavé à travers le labyrinthe des rues avignonnaises… Tout cela m’avait bien manqué et je souhaite à tout le monde de pouvoir y goûter au moins une fois !

Festival d’Avignon 2015
69ème édition du In / 50ème édition du Off

Avignon et ses environs
Du 4 au 26 juillet 2015

Cette année, accompagnée de mon cher et tendre, j’ai bien mieux honoré les propositions du « Off » que celles du « In », ce qui était une grande première. L’expérience m’a ravie, la complémentarité étant tout-à-fait nécessaire pour vivre le festival sous tous ses aspects.

Retour à Berratham par Angelin Preljocaj dans la Cour d'honneur du Palais des Papes le samedi 18 juillet 2015

« Retour à Berratham » par Angelin Preljocaj dans la Cour d’honneur du Palais des Papes, le samedi 18 juillet 2015

Ainsi la pratique rend philosophe et fait dire aux habitués que le In ne programme pas que des succès et que les échecs ne sont pas toujours au rendez-vous du Off. Il faut aussi s’y prendre à l’avance sur certains spectacles du Off, pris d’assaut comme les têtes d’affiche du In – ainsi, je n’ai pas pu avoir des places sur certaines pièces. Enfin, vivre au jour le jour est le mot d’ordre du bon festivalier : accepter les prospectus, tendre l’oreille, découvrir un spectacle ou une compagnie à l’improviste, flâner et s’arrêter devant un théâtre inconnu au détour d’une rue, donner sa chance aux débutants. Un artiste étranger (dès que je retrouve son nom, je mets à jour cet article !) a dit cette année que le public français était le plus attentif, les plus patient, le plus ouvert à la création et à la nouveauté. Alors, banco, on y va !

Petite sélection Caro dans le métro :

Dans le In :

  • À mon seul désir / Gaëlle Bourges, du 14 au 21 juillet à 18h (durée 55 min) , au gymnase du lycée Saint-Joseph.
  • Fugue / Samuel Achache, du 15 au 22 juillet à 22h (durée 1h30), au cloître des Célestins
  • Retour à Berratham / Angelin Preljocaj, du 17 au 25 juillet à 22h (durée 1h45), dans la Cour d’honneur du Palais des Papes

Dans le Off (spectacles programmés tous les jours du 4 au 26 juillet) :

  • Chienne de vie / Collectif Le Bleu d’Armand, à 12h (durée 1h), au Théâtre des Carmes
  • Le Mariage de Figaro / Agnès Régolo, à 14h (durée 2h05), au Théâtre des Halles
  • Les Mémoires d’Hadrien / Jean Pétrement, à 15h25 (durée 1h10), au Théâtre du Roi René
  • Ze Voices / Philippe Roche, à 16h15 (durée 1h), au Théâtre à l’Arrache
  • Les Fourberies de Scapin / Kader Roubahie, à 17h25 (durée 1h15), au Théâtre ARTO
  • L’Éveil du printemps / Cie Chat noir, à 18h30 (durée 1h), au Théâtre Pixel

Faites votre marché et bon festival !

© 2018 Caro dans le métro - Création : SendesaStudio