2 mars 2015 Expos temporaires

David Bowie is…

Après l’immense succès londonien en 2013 et des haltes à travers le monde, l’exposition tant attendue consacrée au génie musical David Bowie débarque à la Philharmonie de Paris ! On entre dans cette exposition comme dans un kaléidoscope, à travers un parcours coloré et varié, riche de toutes les expériences de l’artiste – de la musique au cinéma en passant par le théâtre, de documents visuels et sonores, de ses mythiques personnages et costumes fabuleux. Une rétrospective à l’image de la carrière protéiforme de Bowie, qui en fait un événement culturel incontournable de ce printemps à Paris.

Exposition conçue par le Victoria and Albert Museum, Londres

À la Philharmonie de Paris
Du 3 mars au 31 mai 2015

L'une des vitrines "kaléidoscopes" de l'exposition, mettant en scène costumes, vidéos et musiques de David Bowie

L’une des vitrines « kaléidoscopes » de l’exposition, mettant en scène costumes, vidéos et musiques de David Bowie

Qu’il s’agisse du glam rock, du funk ou de la soul, du disco à l’électro, David Bowie endosse tous les genres avec une longueur d’avance. De Major Tom à Ziggy Stardust, d’Aladdin Sane à Halloween Jack, David Bowie, fasciné par les avant-gardes, s’invente, se métamorphose, se fuit et exhibe son corps devenu spectacle. Londres, New York, en passant par Berlin et Paris : secouant le vieux monde et se moquant des frontières, sa géographie musicale anticipe et traverse les évolutions artistiques de notre histoire récente. C’est cet itinéraire riche et fascinant que l’exposition se propose de retracer.

« I’m a collector », déclarait Bowie en 1973 : un collectionneur d’idées, de personnalités, d’images et de visions parfois diamétralement opposées. Provenant essentiellement des archives de l’artiste, méticuleusement et miraculeusement gardées au fil d’une carrière longue de plus de cinq décennies, l’exposition témoigne du parcours hors normes d’un artiste unique et « inclassable ».

« Tout art est inconstant. Son sens n’est pas nécessairement celui de l’auteur. Il n’y a pas de voie hégémonique. Mais une infinité de lectures possibles ». David Bowie, 1995

© 2018 Caro dans le métro - Création : SendesaStudio